Sylvaine Helm - Rauzy
Naturopathe - Nutritionniste Paris 17e

Alimentation

On entend beaucoup parler des omégas 3 mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Les omégas 3 sont des acides gras, ce sont les composants principaux des huiles et du gras. Ainsi, une huile est un corps gras composé principalement de molécules de triglycérides, chacune contenant trois acides gras.

Ces acides gras sont classés en trois grandes familles, les acides gras saturés (dans la viande et les produits laitiers par exemple), les acides gras mono-insaturés (dans l’avocat et l’huile d’olive…) et les acides gras poly-insaturés qui comprennent 2 sous-familles, les omégas 6 (gras de viande, soja, maïs, arachide, tournesol…) et les omégas 3 (colza, noix, lin, cameline, poissons gras…).

Vouloir supprimer le gras de son alimentation est une erreur absolue. Pour être en bonne santé, il faut absolument apporter quotidiennement par l’alimentation ces différents types d’acides gras. Les problèmes surviennent lorsque certains sont présents en excès ou en trop faible quantité ce qui entraine des déséquilibres.

Les modes d’élevage intensifs, l’agriculture moderne et notre alimentation occidentale raffinée et industrialisée ont considérablement contribué à ce déséquilibre, principalement au détriment des omégas 3. En effet, les animaux nourris aux tourteaux de soja et de maïs, tous les plats préparés riches en huile de tournesol nous apportent des produits beaucoup trop riches en omégas 6 et dépourvus d’omégas 3.

Or il faut savoir que pour fonctionner harmonieusement, notre corps a besoin d’un rapport optimal le plus proche possible de 1 entre ces deux acides gras. La plupart d’entre nous en est très loin.

Un trop grand déséquilibre au détriment des omégas 3 va favoriser un terrain inflammatoire, faire flamber les allergies, l’obésité et les maladies métaboliques comme le diabète de type 2, aggraver les problèmes cardio-vasculaires et de dépression et autoriser la génèse de cancers et de maladies dégénératives. Alors qu’un bon taux d’omégas 3 aura les effets bénéfiques contraires : maitrise de l’inflammation, prévention des allergies, des maladies cardiovasculaires, bonne santé cérébrale, maitrise du poids…

Pour booster l’apport en omégas 3, il convient de consommer suffisamment de poissons gras, de rajouter pour l’assaisonnement, à l’huile d’olive, une huile riche en omégas 3 végétaux. Il existe en outre une excellente filière nutrition, la filière Bleu-Blanc-Cœur, qui prône le retour à un élevage de qualité, avec une nourriture des animaux adaptée à leurs besoins, ce qui garantit une bonne teneur en omégas 3 de la viande, des œufs, de la volaille et des produits laitiers…

En revanche, il faut parfois se méfier des mentions « riches en omégas 3 » que l’on trouve sur certains produits industriels et qui sont parfois du pur marketing. En effet ces omégas 3 sont fragiles, facilement oxydables et instables à la chaleur, ils seront détruits ou deviendront maléfiques (comme les omégas 6 d’ailleurs) s’ils sont soumis à des traitements trop agressifs.

En même temps qu’une modification de l’apport alimentaire, il sera souvent indispensable de passer par une phase de complémentation en micronutrition. Là encore l’offre est pléthorique et de qualité inégale. Votre Naturopathe Micronutritionniste vous accompagnera dans le choix d’un complément alimentaire adapté.

En résumé, les omégas 3 sont des acides gras présents dans certaines huiles et dans les poissons gras ainsi que dans les produits issus de la filière Bleu-Blanc-Cœur, indispensables à la santé mais malheureusement trop largement absents de nos assiettes. A vous de jouer !


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.